Le mot du Maire

Juin 2019

Octobre 2017

Avril 2017

2016-2017

Novembre 2016

 

Juin 2019

 

Une nouveau site pour notre Commune .Vous êtes nombreux à nous avoir fait part de vos contentements et satisfactions à la découverte de notre nouveau site web .  Soyez-en  remerciés . En tant que Maire je tiens à souligner particulièrement  le travail de Jean-Marc . Il est passionné, certes mais il faut l’être vous pouvez me croire. Le résultat est là  et il est bon . Un site plus clair, plus dynamique, encore plus inter-actif, encore plus tourné vers vous nos administrés. N’hésitez surtout pas, par exemple à vous abonner GRATUITEMENT et en deux « clics » aux publications communales .Vous recevrez ainsi toutes les semaines les événements de la vie locale.

Un dernier mot pour remercier chaleureusement notre ami Didier qui durant 5 ans a tenu  » le manche  » de notre site, avec beaucoup de zèle . Merci Didier !

Votre Maire,

H.CHALVIDAN

 

Octobre 2017.

En guise de mot du Maire, je vous propose de lire ou relire la fable de Jean de La Fontaine « Les Grenouilles qui demandent un roi » . Peut-être que cela pourrait nous amener, en sachant nous contenter de ce que l’on a, ce qui n’est pas déjà si mal et loin s’en faut, à prendre le temps pour réfléchir un peu plus, à moins nous établir dans une espèce d’insatisfaction quasi permanente. Bonne lecture. Meilleurs sentiments. H.CHALVIDAN

Les grenouilles se lassant

De l’état démocratique,

Par leurs clameurs firent tant

Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique.

Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique :

Ce roi fit toutefois un tel bruit en tombant,

Que la gent marécageuse,

Gent fort sotte et fort peureuse,

S’alla cacher sous les eaux,

Dans les joncs, les roseaux,

Dans les trous du marécage,

Sans oser de longtemps regarder au visage

Celui qu’elles croyaient être un géant nouveau.

Or c’était un soliveau,

De qui la gravité fit peur à la première

Qui, de le voir s’aventurant,

Osa bien quitter sa tanière.

Elle approcha, mais en tremblant ;

Une autre la suivit, une autre en fit autant :

Il en vint une fourmilière ;

Et leur troupe à la fin se rendit familière

Jusqu’à sauter sur l’épaule du roi.

Le bon sire le souffre et se tient toujours coi.

Jupin en a bientôt la cervelle rompue :

« Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue. »

Le monarque des dieux leur envoie une grue,

Qui les croque, qui les tue,

Qui les gobe à son plaisir ;

Et grenouilles de se plaindre.

Et Jupin de leur dire :

« Eh quoi ? votre désir

A ses lois croit-il nous astreindre ?

Vous avez dû premièrement

Garder votre gouvernement ;

Mais, ne l’ayant pas fait, il vous devait suffire

Que votre premier roi fut débonnaire et doux

De celui-ci contentez-vous,

De peur d’en rencontrer un pire.»

Jean de La Fontaine, Fables

 

Avril 2017

 

Voilà une période chargée en élections qui s’ouvre devant nous . Avec tout d’abord les élections présidentielles qui auront lieu les dimanches 23 avril et 7 mai . Nos bureaux de votes seront ouvert pour les deux tours de 8H à 19H . Viendront ensuite les élections législatives qui auront lieu elles les dimanches 11 et 18 juin 2017.

Nous venons samedi dernier de remettre les premières cartes d’électeurs aux jeunes de notre commune. A l’occasion de cette cérémonie, nous avons rappelés les valeurs de notre République. En soulignant tout particulièrement le droit de vote . Un droit que nos aînés ont chèrement discutés et acquis .

En France, alors que les hommes obtiennent le droit de vote « universel » en 1848, les femmes devront attendre 1944 pour l’obtenir et 1945 pour l’exercer pour la première foi .Le droit de vote permet aux citoyens que nous sommes de voter pour exprimer leur volonté .

 

Voter est donc un droit, mais voter est aussi un devoir pour les citoyens que nous sommes.

 

En espérant avoir le plaisir de vous rencontrer à l’occasion de ces « dimanches électoraux », je terminerai ce « Mot du Maire » , en vous rappelant également nos cérémonies du 8 mai . Rendez-vous au Monuments aux Morts de Robiac à 11H30. Meilleurs sentiments.

 

Henri CHALVIDAN

 

2016 … 2017

 

Voilà une nouvelle fois, la page d’une année de plus qui va passer. 2017 n’a jamais était aussi proche !

Nous nous retrouverons le dimanche 8 janvier à 11 heures à la Salle du Moulin pour nous souhaiter tous ensemble une Bonne et Heureuse Année.

Mais permettez-moi en « avant-première » de vous présenter avec quelques jours d’avance tous mes bons Vœux pour vous et tous ceux qui vous sont chers. Cela de la manière la plus simple, la plus sincère. Que vous puissiez passer dans notre village une bonne année de plus.

Nous venons donc de donner un nom à ce que nous appelions hier encore la « salle des Fêtes de Robiac ». Désormais nos salles ont des noms. Salle du MOULIN, Salle Pierre-Paul COURTIAL. Cela permet de les situer sans avoir l’obligation de préciser Robiac, Rochessadoule. C’est un pas de plus vers le vivre ensemble, et en plus c’est tellement plus agréable.

Être proche, réactif, rester à l’écoute, anticiper, voilà le programme de votre Maire pour cette nouvelle année. C’était celui des trois années passées. J’aurais le même programme pour les trois années qui viennent. C’est un programme ambitieux, mais il faut l’être, notre Pays le mérite, ses habitants aussi.

Encore une fois Bonne et Heureuse Année.

 

 

Henri CHALVIDAN.

 

Novembre 2016.

 

Novembre c’est par excellence le mois du souvenir. C’est le mois qui nous rappelle au devoir de mémoire.
Mémoire pour nos familles, avec les Fêtes de Toussaint, qui bien au-delà de l’aspect strictement religieux, nous permettent de prendre le temps un fois l’an de nous rapprocher des nôtres. Ensuite, Mémoire de celles et ceux qui ont donnés leurs vies pour nous permettre le bien-vivre dans lequel nous sommes : bien vivre ,confort, bien-être .
Le 11 novembre de chaque année nous nous retrouvons pour ne pas oublier. Dans deux ans nous commémorerons le centenaire de la fin de la «grande guerre » . Cette année nous avons évoqués le centenaire de la bataille de la Somme . Terribles combats, affreux, effroyables . Des centaines de morts … 206000 dans les rangs Britanniques.
A l’heure ou aujourd’hui on s’épuise à nous faire calculer nos divisions, comme il est important de ne pas perdre la mémoire, de prendre le temps, de bien faire la part des choses. Je reste convaincu qu’avec nos amis Anglais, nous avons beaucoup de choses à partager. Notre séjour de cet été a confirmé cela. Bien sûr au premier chef un espace le plus large possible de liberté, d’égalité et de fraternité. Mais aussi autant eux que nous, encore un devoir. Celui de laisser aux générations qui viennent un monde encore meilleur.
Alors n’hésitons à partager, à vivre ensemble. Meilleurs sentiments.
Henri CHALVIDAN

Maire de Robiac-Rochessadoule.

 

 

Septembre 2016

Politique de la Campagne.

 

Convenez avec moi que depuis des années on nous rabat les oreilles avec la politique de la ville.Tous gouvernements confondus, de droite comme de gauche.

Passé un temps il y a même eu un ministère ! Rencontrant l’autre jour une élue nationale, sénatrice de son état, je lui proposais de mettre en place une véritable politique de la campagne.

L’élue tendit l’oreille. Imaginons une volonté forte, un plan comme dans les années 60. Une stratégie, qui donnerait bien entendu un cadre national mais précis et des moyens bien identifiés. Quel bonheur, d’autant qu’en prime et à moindre coût combien d’autres problèmes sociétaux se trouveraient également résolus, pour le plus grand bonheur de nos compatriotes. Force est de contraster qu’à ce jour, et même en y mettant pour le coup de la bonne volonté, on ne voit rien venir.

Bien au contraire nous épuisons nos ressources dans la gestion du retrait de l’état. Aprés la mine, la SNCF : avec ses ponts, ses tunnels, ses murs, ses emprises, sur lesquels plus aucun entretien n’est fait depuis plusieurs années. Regardez l’état de la ligne Alès-Bésseges. C’est le Personnel communal qui dans le village débroussaille, sinon… Regardez les terrains ONF, par exemple : en plein village , c’est plus la forêt tropicale qu’autre chose.

Cela fait du bien de rêver un peu, par ces temps qu’on nous dit difficiles. Et puis, la où il y a une volonté n’y a-t-il pas un chemin ?!

Bien à vous.

 

Henri CHALVIDAN